AUTO-PORTRAIT DANS UNE FOURMILIERE - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

© Isabelle Meister - 2003

Description:

Autoportrait dans une fourmilière est une installation corporelle qui s’inscrit dans la continuité de Bleu Provisoire, spectacle-manifeste sur l’immobilité. L’artiste est couché durant 5 heures, immobile, dans une vitrine de 2m x 1m x 0.5m qui abrite une fourmilière. Sur chaque côté, des casques audio sont mis à disposition du spectateur et diffusent trois sources sonores distinctes. Également sur les côtés, des écrans plats montrent des gros plans du corps de l’artiste et des fourmis, pris en direct par quatre caméras. Un dispositif de relais d’images s’effectue automatiquement.

La recherche sur l’immobilité repose sur le constat que toute immobilité apparente recèle une infinité de mouvements – flux de vie, circulation des fluides vitaux, pulsation du coeur. Pourtant, l’extrême de l’immobilité existe: la mort. Le danseur et performeur Yann Marussich questionne cet état ou plus précisément, l’approche de cet état. La danse franchit alors ses propres limites glissant vers l’installation et se pense en terme de durée. Ici encore, c’est le mouvement qui intéresse l’artiste. La mort serait une infime fraction temporelle qui mène d’un état à un autre et ouvre la voie à la décomposition.

Autoportrait dans une fourmilière expérimente ce point de rencontre entre végétal, animal et humain. Dans ce rien apparent grouille la vie: les fourmis qui engourdissent le corps immobile ne sont plus seulement une métaphore, mais s’exposent. Par ailleurs, dans la nature, ce sont elles qui participent activement au processus de décomposition.

Yann Marussich expérimente l’approche de la mort d’un point de vue organique, l’engageant physiquement et émotionnellement. Il s’agit de s’autoriser un abandon total, pour atteindre une sorte de vide de soi et de lâcher prise radical. Or cette expérience est aussi une démarche vers l’autre. Par un effet de miroir, elle invite le spectateur à réfléchir sur sa relation avec la mort et le mourant ainsi qu’à l’éprouver. Elle suscite un rapport d’intimité, lié à la question même de la mort.

Texte: Anne Rochat



Distribution:

Conception et interprétation: Yann Marussich
Direction technique et habillage sonore: Yann Gioria
Construction du décor: Grand Garage du Nord - Cédric Bach, Martin Rautenstrauch - Daniel Demont
Consultant en myrmécologie: dr Alain Lenoir
Photos: Isabelle Meister
Production: Perceuse Productions
Organisation et diffusion: Thuy San Dinh
Coproductions: Perceuse Productions, La Bâtie - Festival de Genève, Centre Culturel Suisse de Paris
Avec l’appui financier de la Ville de Genève – Département des affaires culturelles et du Département de l’instruction public de l’Etat de Genève


Video:


Lien professionnel